Site Overlay

Le Shou Sugi Ban, l’alliance de la tradition et de la modernité

Vous connaissez la Shou Sugi Ban ou Yakisugi ? C’est une des dernières tendances design du moment. Découvrez cette technique japonaise très ancienne qui consiste à faire brûler du bois et à l’utiliser pour toutes sortes d’aménagements. 

Le Shou Sugi Ban, l’alliance de la tradition et de la modernité

Lorsque l’on commence à faire des recherches sur le Shou Sugi Ban, on tombe souvent sur le terme de Yakisugi : il s’agit en fait de la même chose. Cela signifie littéralement « cèdre brûlé ». Cette technique ancestrale japonaise consiste à brûler du bois de bardage sur la surface, mais suffisamment en profondeur afin qu’il soit plus résistant. L’art du bois brûlé a longtemps été utilisé au Japon. Il fut ensuite considéré comme vieillot et démodé. Cependant, depuis quelques années, il retrouve ses lettres de noblesse grâce à des artistes, architectes et designers. Il fait partie désormais des matériaux recherchés en matière de design, car il présente de très nombreux avantages.

Mais d’où vient cette idée de brûler le bois ? 

La première question qui vient à l’esprit est de se demander pourquoi et comment certains artisans se sont mis à brûler du bois pour concevoir des meubles ou des bâtiments.

maison en bois brûlé au Japon

Un peu d’histoire

C’est à partir du XVIIIè siècle que cette technique s’est répandue au Japon. À l’époque, toutes les maisons étaient construites en bois, et il n’est pas rare que des incendies aient ravagés des villes entières. Les rues étant, de plus, très étroites, le feu se répandait très rapidement. Des spécialistes de l’époque se sont penchés sur ce problème. Ils ont constaté que du bois déjà brûlé ne prenait pas feu. Il reste néanmoins incandescent, mais ne produit pas de flammes. De ce fait, le feu a plus de mal à se propager. Les Japonais se sont donc servis de planches de bois brûlé pour construire leurs maisons et mieux se protéger.  

Un peu de philosophie

On sait que les Japonais ont à cœur de mettre du sens dans toutes leurs entreprises et leurs réalisations. Cela concerne aussi bien le niveau spirituel que le niveau esthétique. 

La technique du Yakisugi ne fait pas exception à la règle. Le Shou Sugi Ban s’inscrit dans la philosophie du Wabi-Sabi présente dans les préceptes bouddhistes. Le Wabi-Sabi s’appuie sur le fait qu’il faut accepter les choses qui nous entourent telles qu’elles sont, avec leurs défauts. Trouver la beauté dans ce qui ne l’est pas forcément à première vue. Et savoir se soumettre au temps qui passe. C’est surtout s’accepter soi-même avec ses imperfections. Le but étant toujours de trouver une vie équilibrée et harmonieuse en aimant les choses les plus simples.

La technique du bois brûlé

Il y a plusieurs procédés qui permettent d’obtenir cette carbonisation du bois.

La technique traditionnelle 

Autrefois, les artisans utilisaient quasiment exclusivement du cèdre pour sa façon de réagir au contact des flammes. Les ouvriers se munissaient de trois planches de bois et les positionnaient en triangle afin de former un couloir ou une cheminée. Ils mettaient le feu par-dessous et les flammes montaient le long du conduit formé par les trois planches. De cette façon, le bois est brûlé uniquement sur une seule surface de la planche. Ensuite, il faut brosser le bois pour éliminer les résidus et rincer afin de stopper la combustion.

La technique d’aujourd’hui

Même si le procédé est le même, de nos jours, on réalise le brûlage du bois différemment. On se sert de tasseaux ou de tréteaux sur lesquels on dépose les planches de bois deux par deux, puis, c’est à l’aide d’un chalumeau que le bois va être calciné. L’opération dure plus ou moins longtemps selon le résultat recherché. Une fois cette étape réalisée, comme dans la manière traditionnelle, on brosse les planches de bois, on rince et on y applique de l’huile végétale. De nos jours, les artisans utilisent d’autres essences que le Cèdre : du Pin, du Douglas, du Chêne, etc.

Désormais, il existe même des tutos que l’on trouve sur Youtube qui s’inscrivent dans la tendance « do it yourself » ! À tester si le cœur vous en dit.

Les avantages du bois brûlé

La méthode du Shou Sugi Ban présente plusieurs vertus tant au niveau de la protection naturelle du bois que du respect de l’environnement.

Quels sont ses atouts ?

  • Sa protection du feu : on l’a vu plus haut, le bois déjà brûlé agit comme barrière face aux flammes.
  • Sa solidité face au temps : en effet, un bois classique va durer environ 20 ans alors que l’espérance de vie du bois noirci est de 80 à 100 ans.
  • Sa résistance aux champignons et aux insectes nuisibles.
  • Son étanchéité : le système de carbonisation renforce l’imperméabilité du bois et l’huile qu’on y ajoute le protège de l’eau.

La technique Yakisugi produit un bois d’une robustesse à toute épreuve.

Respect de l’environnement

  • Le bois est une matière première qui est renouvelable et biodégradable
  • Les essences utilisées sont des espèces non menacées. 
  • Sa durée de vie et le fait que le temps n’a pas de prise sur lui fait qu’on n’a pas besoin de le changer ni de l’entretenir avec des huiles nocives. 
  • Ce bois ne nécessite pas d’entretien particulier avec des produits toxiques puisqu’il est résistant aux nuisibles. 
  • Enfin, il est économique dans le temps (bien qu’il soit plus cher à l’achat).

L’emploi du bois noir chez les architectes et les designers

Couleurs et textures

On remarque lorsque l’on aime la déco et le design que le bois noir est de plus en plus utilisé par les créateurs. Les magazines spécialisés et les blogs dédiés proposent des articles autour du Shou Sugi Ban. Ils n’hésitent pas à nous présenter des photos assez saisissantes, qui ne peuvent pas laisser indifférent que l’on aime ou que l’on n’aime pas ce style.   

Cette technique permet d’obtenir un beau panel de couleurs : du gris au noir et du brun au marron foncé, ce qui donne une allure sobre et élégante. Les artistes se servent beaucoup du contraste des couleurs pour un rendu totalement inédit. 

maison shou sugi ban

On peut jouer aussi sur les textures selon le degré de carbonisation du bois. Au plus, le bois est brûlé au plus il se sera craquelé et donnera du relief et un effet très texturé.

texture de shou sugi ban

Ce type de bois sert aujourd’hui dans une multitude de réalisations, même en intérieur : parquet, escaliers, plan de travail en cuisine (de nombreux photographes s’en servent en arrière-plan pour présenter des plats), meubles, revêtement de murs, etc. Je vous invite à visiter le blog Turbulences déco pour mieux vous imprégner de tout ce qu’il est possible de faire en matière de décoration intérieure.

table en bois traditionnelle

Quelques noms de personnes ayant utilisé le Shou Sugi Ban

  1. L’architecte Carl Turner qui a construit plusieurs maisons en utilisant du bois brûlé sur les façades ainsi que sur la toiture pour un effet complètement monochrome.
  2. L’architecte Terunobu Fugimori : c’est grâce à lui que le yakisugi s’est vu remis au goût du jour. Il a imaginé plusieurs bâtiments administratifs ou des musées dans le monde entier (notamment le Guggenheim à Helsinki) et s’est beaucoup servi de ce matériau. 
  3. Aurélie Lecuyer : photographe et entrepreneuse a été mise à l’honneur dans plusieurs magazines. Elle s’inscrit dans le mouvement « slow life » et vit dans une maison conçue dans cet esprit et parée entièrement de bois brûlé.
  4.  Marten Baas, designer, a réalisé un projet en 2002 qui s’appelait “Smoke” et qui avait pour concept de brûler des meubles. Son travail est aujourd’hui reconnu dans le monde entier et ses meubles se sont vendus pour des musées notamment. 
  5. Valentin Loellmann a présenté une collection de meubles qu’il a nommé Fall/Winter et, qui présente des tables, des chaises et des bancs constitués de pieds en bois noirci.

On se rend compte que le Shou Sugi Ban ou Yakisugi offre une multitude de possibilités et les créateurs ne s’y trompent pas. C’est une technique qui reste encore rare en France, mais qui a tendance petit à petit à gagner du terrain. 

Et vous ? Êtes-vous séduit par l’esthétique du bois noirci ? Quelle serait l’utilisation que vous en feriez pour votre décoration intérieure ?

Article rédigé par :

Laure Grue
Profil Linkedin
Page Pro Facebook
Partagez vos découvertes

Author: JapArt

Steen est autrice, rédactrice web SEO et amoureuse des arts. Vivant à Tokyo elle espère faire découvrir aux français les multiples facettes et secrets de l'art nippon.

1 thought on “Le Shou Sugi Ban, l’alliance de la tradition et de la modernité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *